Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Prends-en de la graine, Nombril Ier! | Page d'accueil | Les factures de Nombril Ier »

14/09/2011

Takieddine: Paris, Karachi, Tripoli

Décidément, ce monsieur Takieddine a(vait) beaucoup d'entregent. Celui qui vient d'être mis en examen pour abus de bien sociaux et interdit de sortie du territoire par le juge Renaud Van Ruymbeke est suspecté d'avoir contribué, en 1995, au financement de la campagne présidentielle du candidat de droite Edouard Balladur par des commissions frauduleusement prélevées en marge d'un marché de livraison de sous-marins au Pakistan.

Il est également mis en cause par les parents des victimes de l'attentat de Karachi pour faux témoignage.

Mais ce monsieur est aussi un bon connaisseur de l'Arabie Saoudite et de la Libye de Khadafi.

C'est ainsi qu'il avait déjà été interpellé, en mars dernier, à sa descente d'avion, au retour de Tripoli en compagnie de deux journalistes du JDD, avec 1,5 millions d'euros en liquide, puis placé en garde à vue, avant d'être remis en liberté. Cela avait suffi à l'irriter, au point de menacer, dit-on de "faire sauter le gouvernement".

La fortune de ce monsieur qui fêta dignement l'élection de Nombril Ier se mesure en dizaines, voire en centaines de millions d'euros. Mais curieusement, ce grand ami de Jean François Copé, Brice Hortefeux et autres Gaubert ou Desseigne (voir photos ici ou encore ici ) ne payait, jusqu'à il y a peu, pas d'impôts en France.

Et pourtant, c'est là aussi, très très étrange: à chaque fois que Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, est invité sur les grandes radios nationales, les journalistes "oublient" de lui demander ce qu'il pense de la bonne fortune de son ami, ce contribuable qui contribue si peu. Peut être parce que Jean François feint de croire à ses chances d'être le candidat de la droite à la présidentielle de 2017? 

Mais ce n'est pas tout.

C'est aussi ce druze libanais, fils d'ambassadeur du Liban en Yougoslavie, ami de Rafik Hariri et de Walid Joumblatt que la France et le groupe pétrolier Total prennent comme intermédiaire pour renouer des liens avec le dictateur syrien Bachar el Assad.

C'est encore ce monsieur qui après avoir protégé le neveu de Khadafi, est allé en liaison étroite avec Claude Guéant, vendre au dictateur libyen les services Eagle de i2E-Amesys, une entreprise française, depuis rachetée par Bull et spécialisée.... dans la surveillance des internautes et la traque des dissidents.

Toutefois, en cherchant dans les jours qui viennent, à se refaire la cerise sur l'air du "je vous ai compris", dans les rues de Tripoli ou Benghasi, Nombril Ier aura sûrement le bon goût d'éviter de rappeler aux nouveaux dirigeants libyens, le montant d'une facture très certainement restée impayée.

Comme le dit Eva Joly, candidate Europe Ecologie-Les Verts à la présidentielle lorsqu'on l'interroge sur le "pourquoi maintenant" des subites révélations de l'avocat - naguère décoré de la Légion d'Honneur à l'Elysée par Nombril Ier en personne - Robert Bourgi:

"Pour moi, la réponse est claire, il était urgent d'ouvrir un contre-feu contre cinq dossiers très dangereux pour Nicolas Sarkozy et ses hommes proches", a accusé l'eurodéputée. "Et je pense spécifiquement à Takieddine", a-t-elle dit. 

Etrun

18:27 Écrit par Toi ! COLLECTIF | Lien permanent | Commentaires (0) | | | Digg! Digg