Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Longue vie à Sarcosuchus Imperator! | Page d'accueil | Besson, démission! »

19/01/2010

Doherty in Paris: a middle-class hero

Ce lundi soir, 19heures. Un surf sur Internet m'amène....sur le site de la Flèche d'Or. Une salle de concert du XXème arrondissement parisien, installée dans l'ancienne gare de Charonne, au dessus de la voie de l'ancien train de la petite ceinture, et réouverte en novembre.

En haut de la page: CONCERT SURPRISE, ce 18 janvier 20 heures, Pete Doherty. Billets vendus uniquement sur place, 8 euros.

Je passe deux coups de fils, j'envoie 3 SMS. J'y vais.

Sur place, la queue fait le tour du pâté de maisons! Dificile d'imaginer que tous ces jeunes, sagement alignés, puissent rentrer.

Je m'approche des portes: deux ou trois centaines de fans s'agglutinent. Je croise Pascalito, venu prendre des photos, pour des cahiers de tendance ou des canards de mode.En quête de looks, il est un peu déçu.

On s'approche. On essaie d'entrer. Un bravo fuse vers les trois filles grimpées sur le toit, vite redescendues. On admire celui qui a réussi à grimper au dessus de la grille du fumoir, sans se faire griller par le videur. Une heure passe. Les boîtes de bières et gobelets s'accumulent dans le caniveau. Un responsable de la Flèche d'Or, grimpé sur le toit, crie que c'est plein et que personne n'entrera plus.

Manifestement, l'idée de s'excuser ne l'a pas effleuré...

"Il" finit par arriver, dans un taxi Espace. Cris de fans, bousculades. La porte se referme. Il est plus grand qu'il n'en a l'air. Impossible d'entrer, même par l'entrée de secours. Parmi les jeunes, dehors, qui espèrent encore, des grecs, des kabyles. Des anglaises aussi. Beaucoup de filles.

Dehors, il reste du monde, encore là, à piétiner. Pas mal, pour un lundi! Mais nous ne sommes toujours pas entrés. Dedans, Pete chante. Deux gros bras repoussent tous ceux qui tentent de passer au dessus de la grille du fumoir.

Quelqu'un agite une invitation. Un autre brandit une carte de presse. Sésame! Le videur la voit, lui fait aussitôt signe. Une fille le suit, moi aussi. Allez, vite, on entre!

A l'intérieur, l'ambiance est bonne, pas surchauffée. The big surprise: il y a là assez d'espace pour laisser rentrer tous ceux qui piétinent encore dehors!

Mystères des "jauges" à respecter, de la sécurité à assurer et.....du marketing réunis!

Je file boire une bière. Sur scène, Pete enfile les chansons une à une. Chemise blanche, chapeau sur la tête, cigarette entre deux doigts.

Les lumières de portables dansent.

Aux éclairages, la consigne est simple: pas de mouvements, que des traits de lumières fixes.

Au bar, la bière est à 4 euros. Eric Naulleau (le complice télévisuel de Zemmour), en tee-shirt accoudé au bar, n'écoute pas vraiment l'ex-chanteur des Libertines et des Babyshambles. Il est vrai que la blonde à ses côtés semble assez bavarde.

Dans la salle, deux petits jeunes me saoûlent avec Bijou et Vincent Palmer.

Pete, bon prince, a chanté deux heures. Ni plus, ni moins. Tout cela est, comment dire, bien sage.

Evidemment, parce qu'il est seul.

Il n'aura pas loin à aller. Le Mama Shelter, son hôtel, est juste en face, de l'autre côté de la rue de Bagnolet.

Une poignée de derniers fans, juste un poil hystériques, comme il se doit, l'y accompagnent.

Sans insister.

A middle-class hero is (maybe) something to be.

Etrun

 

 

 

14:15 Écrit par Toi ! COLLECTIF | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : pete doherty, fleche d'or, 18 janvier, eric naulleau | | | Digg! Digg

Commentaires

Pete Doherty en concert pour 8 euros, voilà le meilleur rapport qualité-prix de l'année !

Écrit par : Oléron | 23.01.2010 10:29