Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La ballade au Paradis | Page d'accueil | Nombril Ier, békés de Neuilly: 200 euros! »

13/03/2009

Ta gueule, Aulas!

messi.jpgLe genre de déclaration qui te file les glandes une journée entière. C'était ce matin, repris dans le quotidien Libération. Ces quelques mots du propriétaire et patron de l'Olympique Lyonnais également propriétaire et patron de l'éditeur de logiciels de gestion Cegid, Jean-Michel Aulas. Le mec était amer du naufrage subi mercredi soir par l'équipe lyonnaise en huitième de finale de la Ligue des Champions, face à l'une une des plus brillantes attaques qui aient jamais existé sur ce Continent, celle du FC Barcelone.

Alors, ce monsieur cherchait un coupable.

 

Et, sachant qu'il peut espérer compter sur l'écoute attentive de Nombril Ier et de son complice l'expert casinotier Bernard Laporte, Jean-Michel Aulas a donc repris son antienne des soirs de défaite, évoquant la "traduction de l'écart du football d'élite français avec ses concurrents étrangers".

Jusque là, ça va. On sait que le bonhomme réclame, au nom de la concurrence avec les grands clubs européens, toujours plus d'argent public pour construire des stades, des accès, des éclairages ou des parkings, mais toujours moins d'impôts pour les joueurs et pour ceux qui les paient, c'est-à-dire les clubs. Les clubs? Des anciennes associations, devenues de plus en plus, au fil des réformes petit à petit grignotées par Aulas ou ses complices (les Thiriez, Martel et autres), des entreprises comme les autres. Mais qui devraient, au nom d'on ne sait quelle extra-territorialité ballonesque ou spectaculaire, bénéficier d'une fiscalité....réduite à néant.

Mais, mieux. Cette fois, donc, le gars Aulas a ajouté: "La France n'aime pas les gens qui gagnent et leur met des bâtons dans les roues".

Alors moi, je te le dis, très sincèrement, très simplement, comme un gamin qui joue au foot dans la cour de l'école peut le dire à un autre gamin de la même cour d'école, et parce qu'il y a sans doute très longtemps que plus personne n'a osé te le dire: "Ta gueule, Aulas!"

Oui, tu as bien lu: "Fer-me-ta-gueu-le, Au-las!"

Pourquoi parles-tu au nom de la France? Qu'as tu gagné pour dire ça? La France aime ceux qui gagnent, plus que toi, certainement: la France aime aujourd'hui Lille, ou Barcelone, ces clubs qui gagnent contre Lyon avec sur le terrain cinq ou six joueurs formés au club; la France aiment ceux qui gagnent au foot parce qu'ils aiment le foot comme un jeu, parce que ceux là aimeraient le foot même s'il n'y avait plus un centime à y gagner; la France aime Gourcuff et Ribéry et Messi et Henry, comme elle a aimé hier Zidane et Trézéguet ou Platini et Rocheteau et Skoblar ou Boli.

Le souvenir de la victoire de la Coupe du Monde en 1998 est dans toutes les mémoires de ceux des français qui l'ont vécue: vif, très vif.

Tu as raison sur un point, Aulas: la France n'aime pas vraiment les gagnants-escrocs à la Madoff; la France n'aime pas ceux qui veulent confisquer le produit du travail des autres. La France n'aime pas ceux qui rançonnent les supporters en augmentant chaque année les prix des abonnements; ceux qui rackettent les parents des jeunes supporters en sortant chaque année des maillots toujours plus chers.

La France n'aime surtout pas qu'on la prenne pour une conne.

Fais pas chier, Aulas. Toi, comme tes amis Thiriez ou Martel, vous êtes loin d'avoir rendu au foot tout ce qu'il vous a donné. Alors payez vos impôts et faites pas chier.

Et puis, si d'aventure tu n'aimes pas la France comme elle est, Aulas, fervente amoureuse de l'égalité et de la générosité, sur le terrain comme ailleurs, alors, Aulas, comme dirait Elie Domota, "tu n'as qu'à partir".

Etrun

 

22:29 Écrit par Toi ! COLLECTIF | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : ol; barça; messi; aulas; nombril ier | | | Digg! Digg

Commentaires

je trouve qu'on n'a pas assez dit que Manuel Aeschlimann, le grand ami de Nombril Ier, dont il avait fait le parrain de son fils, Lohengrin, a été condamné à 18 mois de prison avec sursis, 4 ans d'inéligibilité et 20 000 euros d'amende pour favoritisme.

Écrit par : etrun | 23.03.2009 13:00