Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La défrisée et l'idole des vieux | Page d'accueil | Le match des filles de droite »

18/11/2008

Provocation?

Je vous jure. Il l'a dit. C'est écrit dans le Parisien, journal, comme l'on sait, pas le moins du monde acquis à la gloire des faits et gesticulations de Nombril Ier, de ses acolytes et de sa cour : "Bernard Laporte a été clair: en cas de sifflets, il quittera la tribune, comme tous les officiels qui seront présents", affirme un proche du secrétaire d'Etat". Il me semble qu'on ne peut faire mieux pour obtenir que la Marseillaise soit sifflée...Mais je peux me tromper, hein!

 

Pour ceux que les rebonds du ballon rond ne captivent pas, il faut savoir qu'il s'agit de football. Et que ce soir se joue France-Uruguay, en match amical, au stade de France. Or le 14 octobre, avant la rencontre, elle aussi amicale, entre la France et la Tunisie, la Marseillaise chantée par Laam avait été joyeusement sifflée par un public essentiellement composé de jeunes hommes. La France sarkozyste, premier ministre en tête, s'en était offusquée dès le lendemain. François Fillon avait demandé qu'en cas de récidive, le match soit annulé. Sermonné pour n'avoir pas mouffeté le soir du match auquel il assistait, Laporte, tout aussi agité que son mentor, avait illico proposé de supprimer les matches contre les pays du Maghreb, puis suggéré de les délocaliser dans ces pays ou en province, devant, avait-il dit, "des publics plus sains".

Hymne.jpgHeureusement, quelques jours plus tard, Michel Platini, dans une interview pleine de bon sens au Monde, avait dénoncé une "prise d'otage du football par le monde politique". La gauche n'ayant pas pris part au débat, il aurait pu dire par l'Etat, mais bon.  Il y expliquait notamment que les sifflets des hymnes avaient toujours existé et combien, lorsqu'il jouait en équipe de France, ils avaient plutôt eu pour effet de le galvaniser. Les responsables de la Fédération de Foot avaient, eux, expliqué qu'il valait mieux éviter de priver 80 000 supporters d'un match de foot et les commerçants alentour du Stade de France avaient approuvé ce constat de bon sens. Rideau, un vent de plus pour Laporte, de plus en plus contesté dans son propre camp et même débordé, sur l'aile, par la très filloniphile Roseline Bachelot, pensait-on.

L'affaire était close. Jusqu'à que Le Parisien, n'écoutant que son courage, ne vienne depuis deux jours reverser un peu l'huile sur le feu de cette histoire de sifflets et de Marseillaise.

Il ya donc à craindre que le public du Stade de France - par définition mutin, adolescent, comme il se doit d'un public de football, quoi! - il y a à prévoir que le public, ce soir, fasse savoir au sieur Laporte qu'il n'apprécie que modérément d'avoir été jugé "peu sain". Heureusement, les organisateurs croient avoir trouvé une nouvelle façon d'oublier cette querelle: il suffira, nous dit-on, de pousser le son jusqu'à ce que la Marseillaise couvre ces sifflets.

Et si ce n'était pas le vrai problème? Je suis pour ma part convaincu que derrière cette histoire de Marseillaise symbole de la République, tagada tsoin tsoin et tout le patin couffin, se cache autre chose. En fait, ce que Nicolas Sarkozy ne supporte pas, ce ne sont pas les sifflets contre l'hymne national. Je pense même (mais je peux me tromper) qu'il s'en tamponne.

En fait, ce que Nombril Ier ne supporte pas, ce sont les sifflets contre sa personne.

Là est son réel problème: c'est qu'il a de plus en plus de mal à se rendre dans un lieu public, dans un stade, sur une dalle de banlieue sans se faire siffler. Ca, il ne le supporte pas. ca fait désordre, vous comprenez, pour quelqu'un qui veut mettre en scène sa proximité avec le peuple, le peuple qu'il juge "vrai", c'est à dire celui trié sur le volet par son ami personnel à lui, Brice Hortefeux?

Attendons nous donc à ce qu'un de ces jours, après cette campagne qui monte, à ce que ce soit le président lui même, parce qu'il serait lui, un symbole vivant de la République, qu'on nous interdise de siffler.

Et là, il ferait beau voir...

Mais ça nous donnerait au moins  l'occasion de chanter...la Marseillaise!

Allons enfants...!

Etrun

11:12 Écrit par Toi ! COLLECTIF | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : marseillaise, football, laporte, immigration | | | Digg! Digg

Commentaires

Quand Rocard se lâche....ça donne ça, extrait nous dit-on, d'une interview dans Le Monde 2:

"Qui sont-ils, les socialistes français ? Pour un tiers ce sont des conseillers municipaux, pour un autre tiers des gens qui veulent devenir conseillers municipaux, et pour un troisième tiers des curieux de passage qui s'en vont vite parce qu'ils s'ennuient ferme aux réunions de section..."

J'ai trouvé ça ici: http://mtislav.blogspot.com/2008/11/cabinet-des-antiques.html

Écrit par : etrun | 18.11.2008 18:15

Marie Ségolène dans le Monde (clic signature)

" D'abord, je symbolise le changement et même la rupture".

Mouais...Comme dit Rantanplan, ça rappelle quelque chose, mais quoi?

"Ensuite, j'incarne la légitimité que m'a donnée la campagne présidentielle".

Mouais...."incarner la légitimité", je sais pas ce que ça veut dire. C'est ça, le "parler rupture"?

"Enfin, j'ai un contact particulier avec le peuple."

...je n'écris pas qu'elle est devenue radiesthésiste, sinon je vais encore me faire excommunier.
Je dirais donc que moi aussi, j'ai un contact particulier avec lui. Le peuple. Je m'assied en tailleur le soir, dans le noir, et je dis "HOMMMMMMM........" d'une voix caverneuse. Alors le peuple m'apparaît. Souvent c'est une grand-mère qui meurt seule, un mec de 50 ans qui ne trouve pas de boulot, une femme battue par son homme (quand elle n'est pas assassinée), un sans-papier qui se lève tôt pour aller bosser en cuisine, un père qui n'a plus un centime pour les cadeaux de Noel de ses gosses le 10 du mois, à qui on dit qu'il va ENFIN pouvoir travailler le dimanche (pendant qu'on fera la grasse mat' à NEUILLY). Parfois, c'est un lutin qui trépigne de rage et d'impuissance en voyant ce que les plus démunis endurent en France et qui se demande quand il va y avoir une réplique. Parfois, c'est une meuf' canon que les blagues à deux balles de Nombril Ier ne font pas marrer et qui préfère lui montrer son cul; parfois, c'est même un gamin, hilare, qui siffle tant qu'il peut au Stade de France. Etc....

Ici, dans une démarche de démocratie participative, lecteur du Del, tu peux ajouter ta propre vision du peuple.

Écrit par : etrun | 19.11.2008 12:40

"Attendons nous donc à ce qu'un de ces jours, après cette campagne qui monte, à ce que ce soit le président lui même, parce qu'il serait lui, un symbole vivant de la République, qu'on nous interdise de siffler."

Déjà qu'il est interdit de glouglouter aui conseil municipal d'un ami du président !

Et ce soir, concours de chant contre sono.

Arf !

Zgur

Écrit par : Zgur | 19.11.2008 18:27

Quand le Figaro escamote la bague de Rachida!.....

Écrit par : etrun | 20.11.2008 15:47

Quand les Echos s'autocensurent pour ne pas déplaire au taulier du luxe....

Écrit par : etrun | 20.11.2008 15:49

Laurence Parizot va-t-elle réussir à faire mieux que Rachida Dati? Alors que la ministre a fait fuir trois directeurs de cabinet, la patronne du Medef, après avoir licencié un premier DG, a vu le deuxième démissionner trois mois plus tard. Maligne, une patronne du Medef avertie en vaut deux, elle vient donc d'en nommer deux DG délégués d'un coup (Hélène Molinari et Jean Charles Simon). Pourtant, à en croire Backchich, elle se verrait bien - comme Rachida d'ailleurs, appelée par Nombril Ier à "un destin national'. On a le droit de rêver, nan?

Écrit par : etrun | 20.11.2008 16:09