Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le réveil européen, le vrai! | Page d'accueil | Le discours d'Obama »

29/10/2008

Paris censuré!

david_williamsKulikagain.jpg

 

C'était vendredi 24 octobre, vers 17 heures, à Paris. Des policiers en civil sont entrés au Grand

Palais, où se tenait la Fiac (foire internationale d'art contemporain). A la demande du Parquet, ils

sont venu, raconte Le Monde, décrocher ou plutôt faire décrocher une partie de l'installation

de l'artiste russe Oleg Kulik, exposé par la galerie moscovite XL.

 

Le motif invoqué? L'article 227-4 du code pénal, relatif à la diffusion d'images à caractère violent ou pornographiques susceptibles d'être vus par des mineurs.

oleg_kulik_i_love_europe.jpg

 

Les pandores ont embarqué les oeuvres, mais aussi les deux responsables de la galerie, qui ont finalement été relachés vers 21 heures, raconte Libé dans un article joliment titré...Flic fiac.

Le directeur de la Fiac a, lui, fini par récupérer les oeuvres quelques heures plus tard.

Voilà qui devrait au moins rendre un peu plus célèbre cet artiste qui n'a obtenu que ce qu'il mérite.

Pavlov'sdog111568845_10e79844d7.jpg

 

 

 

Après tout, n'a-t-il pas eu le goût de poser nu, au bout de la laisse tenue par un(e) maître(sse), dans une oeuvre intitulée...... le chien de Pavlov?

Ca se passe comme ça, à Paris, en cette deuxième année de règne, sur la monocratie française, de son

altessitude Nombril Ier (*), l'ami de Mireille Mathieu, Johnny, Bigard, Fodel et Doc Gyneco.

Et, j'oubliais, Gilbert Montagné. Mille excuses, Gilbert!

Et salut à toi, Oleg!

Etrun

(*) Carlita's husband is also sometimes called "Navel the One" or "Belly Button ze first".

pavlov'sdog111568848_6f6c75368a.jpg

68686149kulik20ans.jpg10377.jpg

15:52 Écrit par Toi ! COLLECTIF | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : kulik, censure, flic, nombril | | | Digg! Digg

Commentaires

Et voilà....encore un blog attaqué en justice!

Écrit par : etrun | 29.10.2008 16:59

Ecoeurant! Ve fui débouté!

Écrit par : farko | 29.10.2008 17:05

Mais ces blogs seraient-ils donc lus????.....;-)))))

Écrit par : etrun | 29.10.2008 17:06

Le lien ci dessus ayant disparu, voilà l'article auquell renvoyait ce lien:

Les blogs de journalistes intéressent le pouvoir

Par Alain Joannes le vendredi 24 octobre 2008, 11:50 - DEFIS ACTUELS - Lien permanent
Signalé par Christophe Ginisty, un appel d'offre publié au Journal Officiel propose entre 20 000 et 130 000 euros pour la fourniture d'une veille quantitative et qualitative sur le traitement de l'actualité gouvernementale effectué par les médias en ligne (presse et blogs de journalistes) sur 15 thèmes définis dans un corpus de 50 sites.

L'annonce précise que le Service d'Information du Gouvernement souhaite recevoir un rapport hebdomadaire. Les propositions sont reçues jusqu'au 27 octobre à 12h. La veille devra débuter le 13 novembre pour une durée de douze mois renouvelable deux fois.

Ce n'est pas la première fois que le SIG fait appel à des sociétés privées pour savoir ce que publient sur les médias à propos de l'action gouvernementale et savoir aussi comment les sensibiliser:

Le 26 août 2006, il cherchait un conseil.

Le 23 juillet 2008, il avait besoin d'un panorama de la presse écrite nationale et d'un panorama de la presse internationale, ainsi que d'éventuelles prestations complémentaires. Prestations dont la nature n'est pas précisée.

Tout en évitant de développer une paranoïa corporatiste à partir de coïncidences de dates et de ressemblances entre les sigles administratifs - le SIG n'a, en principe, rien à voir avec la SIDG - il faut rappeler qu'en vertu de l'arrêté du 27 juin 2008 qui détaille la nouvelle organisation de la sécurité publique, l'ancienne cellule des Renseignements Généraux chargée de surveiller la presse (1) est rattachée à la Sécurité Intérieure. Elle est donc protégée par le fameux "confidentiel défense".
Comme la presse n'est pas, par nature, hostile à la Défense nationale, la seule explication à ce subterfuge est un besoin d'opacité: les fonctionnaires de police qui surveilleront les journalistes n'auront de comptes à rendre qu'au pouvoir exécutif, pas au pouvoir législatif ni au pouvoir judiciaire.

On ne peut pas non plus s'empêcher de relier les appels à surveillance de la presse des 23 juillet et 6 octobre 2008 ainsi que l'étonnante l'habilitation "confidentiel défense" appliquée le 27 juin 2008 à la surveillance de la presse à la brèche ouverte en mars 2008 dans la protection des sources journalistiques.

Mars 2008, juin 2008, juillet 2008, octobre 2008...Considérée isolément, chaque amélioration du "suivi" de la production journalistique par les organes spécialisés du pouvoir politique semble bénigne.

Mais entre le conseil sollicité en 2006 et les "améliorations" successives de 2008, il y a une énorme différence: en 2006, le SIG cherchait à améliorer la communication gouvernementale; en 2008, il s'agit au mieux d'une veille sur la réputation de la marque "Gouvernement" au pire d'une surveillance de plus en plus serrée des journalistes.

Une vue d'ensemble chronologique de ces perfectionnements peut être aussi rapportée au phénomène politique sans précédent sous la Vème République que constitue la baisse de popularité profonde et tenace du chef de l'Exécutif.

Et il se trouve que la veille gouvernementale sur les médias en ligne et les blogs de journalistes est prévue pour durer trois ans, jusqu'à l'approche de la prochaine campagne présidentielle.

1)- Les RG ont toujours eu d'honorables correspondants au sein des rédactions considérées comme influentes par le pouvoir politique. Avec, pour certains de ces inflitrés, de belles carrières en cours d'épanouissement. L'un deux avait été surpris par un veilleur de nuit en train de poser des micros sous les bureaux de ses confrères journalistes du service politique.

Écrit par : etrun | 03.11.2008 18:20